[Publication] Nunatak #7

Le numéro 7 de Nunatak, revue d’histoires, cultures et luttes des montagnes, vient de paraître !
La revue est disponible en version papier dans nos lieux de diffusion ainsi que sur notre blog en version numérique librement téléchargeable.

Si vous souhaitez vous faire envoyer des exemplaires, vous pouvez nous contacter (revuenunatak-diffusion(at)riseup.net) en précisant le nombre ainsi que l’adresse de réception.
Il est aussi possible de s’inscrire dans notre carnet d’adresses et de recevoir les prochains numéros dès leur parution. Il suffit de nous le préciser lors de votre commande.

L’équipe de Nunatak serait ravie d’être invitée à venir présenter ce nouveau numéro lors de soirées, voire de tournée de présentation dans vos régions ! N’hésitez surtout pas à proposer des dates et des lieux par chez vous ! Vous pouvez envoyer vos propositions à l’adresse email suivante : revuenunatak(at)riseup.net

Pour nous aider dans la diffusion, nous envoyer des propositions de textes, d’illustrations, des commentaires ou des critiques, c’est aussi ici :

revuenunatak(at)riseup.net

Bonne lecture !


Pour les Alpes du sud,
La diffusion est actuellement en cours et ce fait petit-à-petit !

Voici la liste des lieux qui diffusent habituellement Nunatak dans le coin :

04 – Alpes-de-Haute-Provence

  • Librairie Regain, place de la Libération, 04110 Reillanne
  • Librairie Le petit pois, 32 rue Grande, 04100 Manosque
  • Librairie La Carline, 13 boulevard des Martyrs de la Résistance, 04300 Forcalquier
  • Bibliothèque Agate, armoise et salamandre, 13 rue des Cordeliers, 04300 Forcalquier

05 – Hautes-Alpes

  • Librairie La Loupiote, 26 rue Jean Eymar, 05000 Gap
  • Société Alpine de Protection de la Nature, 48 rue Jean Eymar, 05000 Gap
  • Bibliothèque universitaire, Université d’Aix-Marseille, 2 rue Bayard, 05000 Gap
  • Biocoop, 230 rue des Couteliers Zone commerciale Sud, 05100 Briançon
  • Médiathèque René Siestrunck, La Vachette, 05100 Val-des-Prés
  • Café de la mairie, 32 avenue Charles de Gaulle, 05120 L’Argentière-la-Bessée
  • Le Lieu, Face à la Poste, 05200 Embrun
  • La Maison du Berger, Les Borels, 05260 Champoléon
  • Filature Longo Maï de Chantemerle, route Neuve, 05330 Saint-Chaffrey
  • Hôtel La Maison de Gaudissard, 05350 Molines-en-Queyras
  • Gîte Les Gabelous, Pierre Belle, 05350 Saint-Véran
  • Gîte d’étape Le Grand Rochebrune, Hameau de Souliers, 05350 Château-Ville-Vieille
  • L’Épicerie Littéraire, place du Village, 05380 Châteauroux-les-Alpes

38 - Isère

  • Librairie La Palpitante, 41 place de la Halle, 38710 Mens
  • Ferme-gîte Le Cris-Cath, L’Église, 38710 Treminis
  • Refuge de Font Turbat, Le Désert, 38740 Valjouffrey – au pied du Mont Olan
  • Le Bistro de la Place, place de la mairie, 38930 Clelles
    ...

Sommaire

  • Slow-rock du perchman
    Hommage à René Siestrunck
  • « Nous y fûmes »
    Récit exclusif d’une ascension de haute difficulté
  • On a voulu des bras mais ce sont des humains qui sont venus
    Petit récit d’une exploitation agricole moderne, le « travail détaché »
  • Piqûres et morsures
    Rapide inventaire de divers venimeux, et des attitudes à adopter en cas d’anicroche
  • Toujours plus vite, toujours plus haut, toujours plus gore
    Alpinisme, dépassement de soi et écrasement des autres
  • Sous la montagne les braises
    Retour sur la décennie qui précède l’insurrection de 1994 au Chiapas
  • La lisette bleue
    Extrait d’Une vie entière, roman de Robert Seethaler

Édito

Nous souhaitons faire de Nunatak, revue d’histoires, cultures, et luttes des montagnes un support à la diffusion d’idées émancipatrices et un outil pour provoquer discussions, débats et échanges dans des endroits où l’on ne nous attend pas forcément. Le tout avec ce qui nous anime réellement : porter un regard décalé sur les choses sans a priori idéologique ni formules politiques à vendre.

La situation actuelle complique l’émergence de ces espaces de rencontre. Comme partout la covid a eu un impact sur l’équipe de Nunatak. Les présentations et les rencontres autour de la revue se sont raréfiées et nous avons été ralentis dans la publication. Tout ceci a forcément une conséquence sur notre volonté de susciter la discussion autour des textes qui sont proposés pour en faire émerger des réflexions approfondies et collectives. Finalement, ces 64 pages ne représentent que la moitié de la revue !

Cela étant dit, la publication du numéro 7 nous ragaillardit car elle nous aura quand même permis à travers les discussions et les week-ends de rédaction de nommer ce qui ne nous plaisait pas dans le bordel actuel. Dans la suite de cet édito, nous nous proposons de partager quelques-unes de ces réflexions.

Il y a fort à dire sur la gestion gouvernementale de cette crise sanitaire. Le caractère répressif des confinements nous réduit de manière autoritaire à quelque chose qu’on menace puis qu’on rassure, qu’on confine puis qu’on déconfine, au rythme de décisions qui se soustraient à la critique, tout en donnant de nouveaux pouvoirs à l’État. Des décisions absurdes sur le plan sanitaire sont prises à répétition, jonglant entre danger du virus, sauvegarde de l’économie et maintien de la paix sociale.

Le fait de devoir réduire ses libertés a été vécu comme une contrainte, d’autant plus que les confinements ou le pass sanitaire sont présentés par les pouvoirs publics comme des « actes de solidarité au profit des populations les plus fragiles », ainsi séparées du reste de la population valide. L’opposition entre les jeunes et les plus vieux s’est vue renforcée, tout en creusant encore le fossé entre riches et pauvres.

Partant de ce constat, et puisque Nunatak se veut être une revue s’inscrivant dans le vaste champ de la critique sociale, on pourrait imaginer que tout mouvement s’opposant aux autorités pour réclamer plus de liberté attirerait notre soutien, ou tout du moins notre regard bienveillant. Mais ce n’est pas le cas.

Les mouvements de « résistance » aux mesures imposées par l’État pour faire face à la pandémie conjuguent à la fois le sentiment d’injustice provoqué par des mesures de privation de liberté individuelle, une nostalgie du « monde d’avant » où tous les commerces étaient ouverts, et la relativisation voire le déni de cette pandémie. Pour nous, refuser de prendre en considération les conséquences d’une circulation exponentielle du virus revient à ignorer les morts, les hôpitaux surchargés, ou encore les conditions de travail dégradées pour les travailleurs et les travailleuses.

Ces velléités de « résistance » nous semblent compatibles d’une part avec l’évolution néolibérale du capitalisme (laisser mourir ou isoler les plus faibles pour ne pas impacter le cours de l’économie), d’autre part avec une certaine tendance dans les discours de critique sociale à survaloriser des formes d’émancipation individuelles au détriment de la perspective d’un monde commun. L’aspect subversif de ces mouvements ne dissimule pour nous qu’une expression crue du chacun-pour-sa-gueule ambiant, qui ne date d’ailleurs pas d’hier.

Si nous ne proposons aucune marche à suivre pour renverser ce monde d’inégalités et de souffrance, nous trouvons préoccupante la mise en avant de solutions individuelles – pour ne pas dire individualistes – qui permettraient d’échapper, pour soi ou pour son groupe restreint, aux contraintes qui pèsent sur toutes et tous [1]. Finalement, ce contexte peut amener à voir d’un bon œil les théories les plus farfelues, à partir du moment où elles valident la légitimité d’un je-m’en-foutisme hédoniste ; il nous paraît plus que problématique que pullulent les thèses complotistes surtout quand certains et certaines s’organisent autour de ces idéologies. Celles-ci s’appuient sur la mise en avant d’explications simplistes pour comprendre une réalité sanitaire complexe, incriminant par exemple une élite conspirant contre l’immense majorité de la population dans ses propres intérêts. Ce discours, en plus d’être un terrain fertile aux idées d’extrême droite, alimente la croyance en un pouvoir occulte et caché contre lequel seuls des initiés – ayant accès au savoir ou à l’information – pourraient résister. Il serait toutefois présomptueux de le réduire à de simples théories loufoques ou irrationnelles : le complotisme est une idéologie politique moderne dans laquelle l’ennemi n’est pas tant le capitalisme ou le pouvoir mais « ceux qui le manipulent dans les coulisses [2] ». Comme si nous n’avions pas à nous battre contre les rapports sociaux qui gouvernent le monde – et nos existences – mais uniquement contre les mauvaises intentions des « élites ». Comme si l’exploitation et la domination n’étaient pas le résultat de rapports de force complexes qui ordonnent les relations sociales mais étaient dues à un plan intentionnel que seule une révélation – dans le sens religieux du terme – pourrait faire échouer.

Critiquer cette manière d’appréhender les choses s’avère souvent contre-productif, confortant au passage un sentiment de supériorité éclairée ! Il y a alors pour nous un réel enjeu à proposer une compréhension critique de ce monde, qui ne nie pas sa complexité. La question est alors « comment aujourd’hui renouer avec des perspectives d’émancipation collective ? » En somme, bouleverser les rapports de classes…

Si cet édito paraît quelque peu délaisser les sommets, soulignons tout de même que les spécificités géographiques des régions que nous habitons n’ont offert aucun particularisme montagnard notable à la lueur de cette crise (tant dans la gestion de celle-ci, que dans les théories confuses qui s’y baladent). Ce qui nous incite à répéter cette formule de l’édito du numéro 0 : il y a longtemps que les oasis ont été absorbées par le désert.


Retrouvez des articles de Nunatak publié sur Vallées en lutte :

Face à Face. Sale expérience en estive

Ce texte est le témoignage d’une bergère salariée, relatant des évènements de violences sexistes ayant eu lieu à l’été 2019. Ces lignes viennent bousculer le mythe du travail en montagne et (...)

Notes :

[1Comme cela a pu être formulé dans l’édito du numéro 5 de la revue.

[2Qu’ils dénoncent les juifs ou les pédosatanistes, le grand remplacement ou le lobby gay, des mouvements politiques de tout bord se saisissent de ces figures-épouvantails pour faire valoir leurs thèses.

A lire aussi...